Jeu d’échecs et Brazilian Jiu-Jitsu

bjj chess

Moult disciples disciplinés pour une discipline pluridisciplinaire. En effet, le jeu d’échecs déborde sur toutes les disciplines. A la fois jeu, mais aussi art et sport depuis 2000, il peut être congru d’articuler cette science (parce que les échecs sont aussi une science) avec les arts martiaux. Cette comparaison  est défendue par le grand maître américain, Josh Waitzkin.

Josh Waitzkin : joueur d’échecs et artiste martial

bjj waitzkin marcelo garcia

Marcelo Garcia et Joshua Waitzkin

Considéré à six ans, comme le nouveau Bobby Fischer, son style agressif et sa créativité sur l’échiquier en ont fait le pousseur de bois américain le plus craint au monde.

Josh commence sa carrière en tant que joueur d’échecs, puis décide de quitter la scène échiquéenne pour se consacrer au Tai Chi Chuan et ce, avec succès puisqu’il devient 2ble champion du monde. Aussi, quelques années plus tard, Josh s’attaque au Brazilian Jiu-Jitsu. Cet homme, donc, que je respecte et que j’admire, oui monsieur (voici sa page web) devient le premier grand maître international d’échecs à décrocher sa ceinture violette.

Mais abrégeons un peu et revenons-en au vif du sujet, à savoir, la comparaison entre le jeu d’échecs et le BJJ.

BJJ et jeu d’échecs, les points communs

– Dans les deux disciplines il y a une ouverture, un milieu de partie et une finale.
Un avantage dans l’ouverture peut être converti en plus gros avantage dans le milieu de partie et être concrétisé en finale avec  une attaque décisive.

– Il est nécessaire de contrôler, avant d’attaquer.
Typiquement une Attaque Est Indienne sera plus efficace avec une avancée e5 et un bon contrôle du centre.
De la même façon qu’un combattant BJJ ne pourra soumettre son adversaire qu’en ayant un minimum de contrôle sur lui. Il devra par exemple, sortir de la garde de son adversaire, pour ensuite le prendre en 100Kg.

– L’utilisation de l’espace est également primordiale dans les deux disciplines.
Il était question de l’avancée e5 dans l’Est Indienne afin de limiter les possibilités adverses et augmenter les nôtres.
Au BJJ, un combattant devra toujours créer de l’espace, « ponter » pour se sortir de situations délicates. L’attaquant, au contraire devra s’attarder à limiter cet espace.

– Aux échecs, comme au BJJ, il faut une quarantaine de bons coups pour venir à bout de son adversaire, mais une erreur pour perdre la partie. Une fourchette, une enfilade inopinée peuvent être comparés à une clé de bras ou un choke, dans les deux cas, l’adversaire tape (au BJJ du moins ^^) et l’on se salue une dernière fois.

– Il s’agit d’un affrontement un contre un dans lequel la technique et l’expérience priment sur la force de l’adversaire. Évidemment le joueur d’échecs à l’instar du combattant JJB doit être physiquement en forme et entraîné, le corps et l’esprit étant intrinsèquement liés.

Zugzwang (ou coup forcé), certaines positions échiquéennes ne peuvent offrir qu’un seul coup à l’adversaire, du moins peuvent l’obliger à jouer un coup détériorant sa position. Au JJB, un adversaire aura tendance à détériorer sa position en voulant s’extirper de situations houleuses, offrant par exemple son dos à ce dernier.

– Le mat du Lion (ou mat de l’Idiot)

Ignorer certains concepts fondamentaux (Aux échecs : ne pas toucher au pion f, ne pas développer ses pièces rapidement), (Au BJJ : ne pas donner ses mains, son dos à l’adversaire), peuvent entraîner des défaites rapides.

Fourchette et attaques doubles : Les fourchettes se retrouvent au BJJ, en effet, un bon combattant menacera souvent de placer deux soumissions à partir d’une seule technique. Par exemple, vous initiez un Omoplata (sankaku-garami/ude-garami) et vous partez sur une clé de poignet (votre adversaire perdra la partie et par la même occasion ne pourra plus jouer aux échecs)

 

Evidemment, il existe des différences :

yin yang chess

– Le jeu d’échecs est un jeu à information complète (sauf si vous jouez à l’aveugle et que votre adversaire s’amuse à tricher). Au BJJ, il n’est pas toujours possible de voir les gestes de son adversaire.

– Au BJJ, il est possible de passer du milieu de partie, à l’ouverture ! Et de l’ouverture à la finale.

– Le jeu d’échecs se fait au tour par tour, au BJJ, un excellent combattant pourra ne laisser aucun coup à son adverse.

 

Bref, je ne vais pas dresser la liste complète des différences et similitudes, mais, si vous êtes joueur d’échecs et que vous cherchez un art martial, optez pour le BJJ !

Bjj chess échecs Brazilian Jiu-Jitsu

Commentaires suite à la lecture de l’article :

le bjj est un jeu où l’on ressent plus que l’on voit, donc les infos sont plutôt complètes pour moi.
François Deniau, ceinture noire de Jiu-Jitsu Brézilien et professeur au BJJ Lyon