101 notions fondamentales au jeu d’échecs

Après avoir appris à déplacer ses pièces sur l’échiquier, il est temps de parler…

stratégie

Voici une liste de 101 règles à appliquer lors d’une partie d’échecs. Certaines sont simples et connues de tous, d’autres plus complexes, voire oubliées et négligées par les joueurs les plus expérimentés.

Bobby alias Robert James Fischer, photo en noir et blanc

Robert James Fischer, alias Bobby Fischer

Ainsi, l’intériorisation, la parfaite compréhension de ces règles et leur application en situation réelle amélioreront significativement votre qualité de jeu et vos résultats.

A noter, que l’une des différences entre, joueur professionnel et patzer, repose sur la capacité du premier à aller outre la règle, quand la situation s’y prête.Cette clairvoyance s’acquiert avec l’expérience.

Spock et Kirk devant un échiquier tridimensionnel

Spock et Kirk devant un échiquier tridimensionnel

1 – Développer toutes ses pièces rapidement

L’objectif principal de l’ouverture est de développer ses pièces et roquer le plus rapidement possible.

L’ouverture est achevée quand l’un des joueurs a connecté ses tours.

Le 1er joueur à terminer son développement, gagne l’initiative.

2 – Développer les Cavaliers avant les Fous

Fou Cavalier Tour. Peinture sur le jeu d'échecs par Samuel Bak

Samuel Bak : Bishop, Knight, Rook

Les Cavaliers sont des pièces moins mobiles que les Fous et mettent davantage de temps à atteindre le camp adverse.

Tandis que les Fous contrôlent plusieurs cases, les Cavaliers dominent uniquement les cases qui leur sont proches.

3 – Dans l’ouverture, ne pas bouger la même pièce 2 fois

Essayer, en une fois, de placer ses pièces le mieux possible.

Bouger 2 fois la même pièce est une perte de temps et peut vous en coûter l’initiative.

4 – Ne pas effectuer de déplacements de pions inutiles

Main poussant un pion du bout des doigts

Renata Sajko : The pawn. Huile sur toile, 40×50 cm

Les déplacements de pions doivent être limités dans l’ouverture. En effet, le temps consacré à leur développement aurait pu être utilisé pour développer d’autres pièces.

Un coup de pion est favorable si l’objectif est d’ouvrir des diagonales pour la Dame ou le Fou, ou pour occuper le centre.

5 – Ne pas délivrer d’échec, si ce n’est pas nécessaire

Une échec est facilement défendu s’il n’est pas nécessaire. Aussi la plupart des échecs ayant lieu pendant l’ouverture, sont facilement défendus par des coups qui favorisent le développement de l’adversaire.

6 – Ne pas ouvrir la position en cas de retard de développement

Une position ouverte, favorise la couleur ayant le plus de pièces en jeu. Ainsi, seul le joueur ayant un avantage de développement, devrait ouvrir le jeu.

7 – Placer la Dame derrière une ligne de Pions amis, pendant l’ouverture

Chess Queen. Homme tenant une dame entre les mains

Chess Queen, Vongue via DeviantART

La Dame est certes la pièce la plus puissante du jeu, elle n’en demeure pas moins la plus vulnérable aux attaques incessantes de l’adversaire.

Ainsi, il est judicieux de la placer derrière un pion, de préférence sur la seconde rangée afin d’activer les Tours plus facilement.

8 – Éviter d’échanger une pièce développée, contre une autre non développée

En général, l’échange d’une pièce bien positionnée contre une qui l’est moins est une mauvaise affaire.

En échangeant une pièce développée, contre une pièce non développée de l’adverse, vous perdez du temps.

De même si vous échangez une pièce ayant davantage bougé qu’une pièce ennemie.

9 – Roquer aussi vite que possible

La sécurité du roi est l’un des éléments les plus importants lors de l’ouverture et du milieu de partie.

Un roi au centre est vulnérable aux attaques ennemies, surtout si la position est ouverte.

Roquer, signifie placer son Roi, confortablement derrière une chaîne de pions tout en permettant le développement de l’une des deux Tours.

10 – Le petit roque est plus sûr que le grand roque

Roquer du côté Roi, place ce dernier loin du centre et le sécurise derrière une rangée de pions protecteurs.

Aussi, le petit roque s’effectue plus rapidement que le grand, puisque seulement 2 pièces doivent bouger.

Cependant, les roques opposés sont intéressants car ils créent des possibilités d’attaques.

11 – Essayez d’empêcher l’adversaire de roquer

Si votre adversaire attend trop longtemps pour roquer, essayez de maintenir son Roi au centre.

L’une des méthodes les plus courantes étant de contrôler l’une des cases desservant le passage du Roi.

Parfois, pour maintenir le Roi ennemi au milieu de l’échiquier, il peut être bénéfique de sacrificer un pion.

12 – Contrôlez le plus de territoire possible

Le joueur ayant un avantage spatial, donne a ses pièces une meilleure mobilité. Les pièces peuvent ainsi passer d’une aile à l’autre en toute flexibilité.

De l’autre côté, le joueur ayant moins d’espace a davantage de difficultés à bouger ses pièces, ce qui lui sera fatal si ces dernières sont nécessaires à la défense du Roi.

13 – Avancez vos pions afin de d’obtenir plus d’espace

Bien qu’avancer ses pions soit la ressource principale permettant de limiter la position adverse, il faut agir avec prudence. En effet, plus un pion est éloigné de son camp et plus il est difficile de le défendre.

De plus, tout déplacement de pion, crée une faiblesse au niveau des cases adjacentes, qui pourront être occupées par les pièces ennemies.

14 – Plus les pions avancent, plus ils deviennent difficiles à protéger

Pion trop avancé. Pion filant dans la voie lactée

Pion filant

Un pion faible est un pion qui n’est défendu par aucun autre. Cela signifie qu’il doit être défendu par ses pièces, quand il est attaqué.

De telles pièces perdent de leur efficacité puisqu’elles sont limitées à un rôle défensif, tandis que les pièces ennemies ont un rôle actif.

15 – Placez vos Pions au centre

Le centre de l’échiquier comprend les cases e4, e5, d4 et d5.

Le centre étendu inclut les cases formant le carré, c3, c6, f3 et f6.

Les pions sont les meilleures unités à créer le centre car, contrairement aux pièces, ils ne sont pas vulnérables aux attaques des pions ennemis.

16 – Conservez vos pièces, le plus près possible du centre

Jeu d'échecs : Centre de l'échiquier et contrôle du centre

Contrôle du centre

Au centre, une pièce contrôle plus de cases que partout ailleurs sur l’échiquier. Le Cavalier centralisé, par exemple peut contrôler jusqu’à 8 cases différentes. Ce même cavalier, s’il est au bord de l’échiquier, n’en contrôle plus que 2 ! D’où la citation suivante : Cavalier au bord, Cavalier mort.

Le contrôle du centre est également important car il permet aux pièces de bouger rapidement d’une aile à l’autre. Si vos pièces se déplacement plus vites que celles de l’adversaire, vous aurez de grandes chances de créer une attaque fructueuse.

17 – Quand vous échangez un pion, essayez de vous rapprocher le plus possible du centre

Si 2 de vos pions peuvent reprendre une pièce adverse, il est recommandé de bouger le pion qui, à la fin, sera le plus proche du centre. Puisque les pions centraux sont plus importants que les latéraux (sauf s’il s’agit de pions de l’aile passés).

18 – Contrôlez le centre avant d’attaquer

Partie  d'échecs dégénérant en assassinat. Sport violent

De Montauban : Partie d’échecs dégénérant en assassinat

Les attaques à l’aile, couronnées de succès dépendent du contrôle central.

Ainsi, préoccupez-vous de construire un centre puissant et solide avant de lancer une attaque latérale.

19 – Les pions sont la base de la stratégie

Philidor disait des pions qu’ils étaient l’âme du jeu d’échecs. En effet, la structure de pions est fondamentale pour chaque position. Parce qu’elle améliore ou réduit l’efficacité des pièces.

Afin d’obtenir une formation saine de pions, il est important d’éviter de créer des « pions faibles », à savoir, des pions isolés, doublés, arriérés et pendants.

20 – Une faiblesse de pion est éternelle

Alors que les pièces peuvent bouger pour devenir plus actives, toute déficience dans la structure de pions est une faiblesse sur du long terme.

Aussi, si votre adversaire a des pions faibles, il n’est pas nécessaire de se dépêcher pour les exploiter.

21 – Évitez les pions doublés

Les pions doublés sont des pions d’une même couleur alignés sur une même colonne.

Ils sont moins mobiles que les pions normaux et plus vulnérables aux attaques (surtout quand ils sont isolés).

Toutefois, ils se présentent pas toujours un désavantage, puisque dominer une colonne semi-ouverte ou ouverte, ou le fait d’exercer un contrôle du centre accru peuvent être une compensation suffisante.

22 – Évitez les pions isolés

Other Rules

Samuel Bak : Other Rules. Peinture échiquéenne. Autres règles

Les pions isolés n’ont aucun pion ami sur les colonnes qui leur sont adjacentes. Ainsi, ils ne sont défendus par aucun pion de même couleur. Lorsqu’ils sont attaqués, seules les pièces peuvent les défendre.

La principale faiblesse d’un pion isolé est que la case directement devant lui est affaiblie (un trou), parce qu’elle ne peut être contrôlée par un autre pion et qu’elle peut être facilement occupée par une pièce ennemie.

Les pions isolés sont encore plus vulnérables lorsqu’ils sont placés au niveau de colonnes semi-ouvertes, en effet, ils deviennent des cibles faciles pour les Tours.

23 – Évitez les pions arriérés

Un pion arriéré est plus proche de sa base que les collègues qui lui sont adjacents. Aussi, ce pion ne peut avancer car la cases juste devant lui est contrôlée par un pion ennemi.

Un pion arriéré, très souvent détériore la communication entre les pièces défensives. La case faible (le trou), devant lui peut également être facilement occupé par une pièce ennemie.

24 – Évitez de créer des trous (cases faibles)

A chaque fois que vous avancez un pion, les cases à côté de lui deviennent des trous. Un trou est une case qui n’est protégée par aucun pion.

Le principal problème est que cette case peut être occupée par des pièces ennemies, ce qui améliore leur efficacité puisqu’elles ne peuvent être chassées par des pions.

25 – Évitez les îlots de pions

Un groupe de pions séparé des autres par une ou plusieurs colonnes est appelé un îlot.

Chaque îlot possède une base qui doit être protégée par des pièces.

C’est pourquoi, plus vous possédez d’îlots et plus il est difficile de les défendre. Il est donc important de considérer attentivement chaque échange de pièce qui influe sur la structure de pions.

Dans une finale, le plus petit nombre d’îlots peut être considéré comme un avantage significatif.

26 – Pensez-y à deux fois avant d’avancer vos pions pendants

Les pions pendants sont deux pions amis et voisins n’ayant aucun camarade sur les cases adjacentes.

S’ils sont placés sur une même rangée, ils peuvent contrôler beaucoup de cases devant  eux, ce qui est un avantage.

Mais ils ne peuvent être défendus par aucun autre pion.

Avancer l’un des deux, crée un pion arriéré et un trou, exploitables par votre adversaire.

27 – Exercer une pression sur les pions arriérés adverses

En général, la meilleure façon d’exploiter un pion arriéré est d’exercer une pression dessus, afin que les pièces adverses se mobilisent pour le défendre et ensuite, attaquer un autre point du plateau.

28 – Forcez votre adversaire à avancer ses pions pendants

Afin de combattre des pions pendants, vous devez exercer une pression jusqu’à ce qu’ils avancent, pour occuper le trou ainsi créé.

29 – Dès que la chose est possible, créez un pion passé

Un pion passé est un pion qui n’a aucun pion ennemi sur son chemin sur sa colonne ou sur les colonnes adjacentes.

Un pion passé est considéré comme une arme très dangereuse, parce qu’il est susceptible d’atteindre la case finale et d’être promu.

30 – Bloquez toujours les pions passés ennemis

Chess Pawn. Pion transparent en acrylique

Chess Pawn

Un pion passé peut devenir une arme très puissante, surtout quand il est bien protégé par ses pièces ennemies. C’est la raison pour laquelle il doit être immobilisé le plus vite possible.

Bloquer un pion passé, c’est l’empêcher d’avancer en plaçant une pièce sur son chemin.

Les Cavaliers et les Fous sont les meilleures pièces pour bloquer un pion passé.

31 – Le Cavalier est la meilleure pièce pour bloquer un pion passé

Grâce à sa capacité lui permettant de sauter par dessus les autres pièces, le Cavalier est considéré comme étant la meilleure pièce pour bloquer un pion passé. En effet, sa position n’est pas détériorée par un tel pion.

Le Fou est le deuxième meilleur bloqueur, surtout si les diagonales du pion adjacent sont ouvertes.

32 – Une majorité de pion loin du Roi ennemi est un avantage

Avoir la majorité, c’est posséder plus de pions que son adversaire sur un côté de l’échiquier. Par exemple, deux pions contre un.

Dans la plupart des cas, la majorité entraine un avantage spatial. Le plus important, c’est que cette majorité produit un pion passé, quand les pions en question sont avancés correctement.

33 – Attaque de minorité

Quand une couleur a sa majorité de pions sur un côté, l’autre couleur peut lancer une attaque de minorité.

Cette attaque consiste à avancer ses pions, afin de forcer des échanges pour ne laisser l’adversaire qu’en présence d’un pion isolé ou arriéré.

34 – Evitez les échanges qui ne sont pas nécessaires

En règle générale, vous ne devez échanger des pièces que si :

– Votre adversaire a l’initiative

– Quand vous êtes dans un espace restreint

– Afin d’affaiblir la structure de pions adverse

– Quand vous êtes en avance de matériel

– Afin d’échanger l’une de vos pièces passives contre une active appartenant à l’adversaire

– Afin de simplifier la position et transposer en finale favorable

– Afin d’éliminer une importante pièce défensive

35 – La valeur d’une pièce varie selon a position

La valeur d’une pièce est liée au nombre de cases qu’elle contrôle. En effet, plus une pièce contrôle de cases, plus elle menace l’adversaire.

Une pièce bien positionnée possède une valeur bien supérieure que la pièce équivalente ennemie si cette dernière occupe une mauvaise position.

En général, une pièce bien positionnée possède les qualités suivantes :

– Elle est protégée

– Elle a une bonne mobilité

– Elle n’est pas facilement attaquée

– Elle coopère avec d’autres pièces

– Elle attaque des pièces et des pions ennemis

36 – Dès que possible, placez vos Tours sur la 7e ou 8e rangée

Une Tour en 7e rangée est un avantage, non seulement parce qu’elle représente un danger pour les pions ennemis,mais également parce qu’elle limite le Roi ennemi et crée des possibilités de mat.

37 – Doublez les Tours sur la 7e rangée

Deux Tours occupant la 7e rangée est une arme extrêmement dangereuse, parce que l’ennemi est condamné à la passivité la plus complète.

L’énorme tension exercée sur la base des pions et les diverses possibilités tactiques offertes transpose souvent cet avantage en gain.

38 – Un pion ne doit pas nécessairement être promu en Dame

Dans les parties amateur, des promotions automatiques en Dame ont souvent été la cause de parties nulles.

Considérez donc attentivement, quelle pièce est la plus appropriée aux circonstances.

39 – Conservez vos Cavaliers près du centre

La Cour du Roi by Tom Mc Nemar. Cavalier au centre

La Cour du Roi by Tom Mc Nemar

Les Cavaliers, plus que toute autre pièce, ont besoin d’être centralisé.

Premièrement, parce qu’un Cavalier au centre de l’échiquier, contrôle 8 cases, alors qu’il n’en contrôle que 2 sur le côté.

Deuxièmement, parce que le Cavalier a besoin de 4 coups pour traverser l’échiquier et atteindre l’autre côté, tandis qu’au centre, il lui en faut seulement deux pour atteindre l’un des côtés.

40 – Les Tours doivent rapidement occuper des colonnes ouvertes ou semi-ouvertes

Pendant l’ouverture, les Tours sont les dernières pièces à être développées. En effet, elles ne sont efficaces que lorsqu’elles sont positionnées sur des colonnes ouvertes ou semi-ouvertes. Ainsi, à partir de ces positions, elles peuvent exercer une pression sur le centre et défendre la dernière rangée en même temps.

En général, les cases idéales pour placer les Tours sont, e1 d1 et c1 (e8, d8 et c8 pour les noirs).

Une Tour peut également, défendre efficacement sur la 2e rangée, tout en continuant à être agressive sur la colonne.

41 – Conservez vos Fous actifs

L’activité du Fou dépend principalement du placement de ses pions amis.

Un Fou qui n’est pas bloqué par ses propres pions est un bon Fou et celui, limité par ses pions est un mauvais Fou.

42 – Conservez vos pions sur des cases de la même couleur que le Fou adverse

Quand votre adversaire ne possède qu’un Fou, vous devez placer vos pions sur les cases correspondant à la couleur occupée par le Fou ennemi.

Toutefois, si vous possédez seulement un Fou, les cases qu’occupent vos pions ne doivent pas correspondre à celles de votre Fou, que votre adversaire n’ait qu’un Fou ou deux.

43 – Un Fou a plus de valeur qu’un Cavalier dans une position ouverte.

Les Fous doivent avoir des diagonales à utiliser afin d’être efficaces.

Ainsi, moins l’échiquier contient de pions et plus les Fous sont efficaces.

Dans des positions ouvertes, quand les diagonales ne sont pas obstruées par des pions, un Fou peut attaquer le Roi tout en protégeant sa propre aile contre la Dame adverse.

D’un autre côté, les Cavaliers peuvent uniquement manœuvrer sur un seul côté, à cause de leur mobilité réduite.

44 – Un Cavalier a plus de valeur qu’un Fou dans une position fermée

Grâce à leur capacité à sauter par dessus les autres unités, les Cavaliers sont plus efficaces que les Fous au contact de chaînes de pions rigides.

45 – Les cavaliers ont besoin d’avant-postes

Un avant-poste est une case, généralement sur la 5e ou 6e rangée, qui est sous la protection d’un pion et qui n’est pas sujette aux attaques des pions ennemis.

Quand un Cavalier occupe un avant-poste, il exerce une importante pression dans le camp ennemi et supporte également la mise en place d’une attaque de flanc.

46 – En général, dans les finales de pion mobiles, le Fou a plus de valeur que le Cavalier

Cavalier Prend Pion - Knight Takes Pawn by Jc Thomason. Image drôle

Knight Takes Pawn by Jc Thomason

Dans un combat opposant le Fou au Cavalier, la couleur du Fou doit essayer de conserver ses pions mobiles, tandis que l’autre camp doit paralyser ces pions ennemis, de référence sur des cases de même couleur que celles occupées par leur Fou.

47 – Deux Fous sont, en général plus forts qu’un Fou et qu’un Cavalier ou deux Cavaliers

Le Fou est une pièce longue portée. Le fou ne contrôle que des cases d’une même couleur, il s’agit de sa principale faiblesse.

C’est pourquoi deux Fous se complémentent parfaitement. Quand ils sont bien coordonnés, ils sont supérieurs à un Fou et un Cavalier, parce que ces ennemis mettent davantage de temps, à cause de la mobilité réduite du Cavalier, pour rejoindre le théâtre des affrontements.

L’autre avantage de la paire de Fou, est, qu’à n’importe quel moment, il vous est possible d’en échanger un contre contre un Cavalier ennemi, alors qu’il est très difficile pour le cavalier ennemi contre le Fou ennemi.

48 – Comment combattre contre un Fou et un Cavalier

Si vous avez la paire de Fous et que votre adversaire possède un Fou et un Cavalier, vous devez limiter la portée du Fou ennemi en plaçant vos pions sur des cases de la même couleur que celles du Fou. Vous devez également limiter la puissance du Cavalier ennemi en l’empêchant d’occuper des avant-postes centraux.

49 – Comment combattre la paire de Fous

Si votre adversaire possède la paire de Fous, vous devez limiter leur activité grâce à des chaines de pions qui les bloquent. Vous devez également conquérir des avant-postes avec vos Cavaliers.

50 – Conservez vos pions sur des cases différentes de celles de vos Fous

Si vous ne possédez qu’un Fou, essayez de placer vos pions sur des cases de couleur opposée à celles de votre Fou.

De plus, conserver les diagonales ouvertes aux déplacements du Fou, permet à vos pions de fonctionner en parfaite harmonie avec vos pièces. En effet, les pions contrôlent une couleur et le Fou, une autre.

51 – Les Fous doivent être placés devant une chaîne de Pions

Un Fou sera affaibli s’il est restreint par ses pions. C’est pourquoi, il est toujours préférable de le placer à l’extérieur de sa chaîne de pions, lorsque ses pions sont de la même couleur que lui.

52 – Si votre adversaire possède deux Fous, essayez d’en échanger un

Quand vous combattez la paire de Fous, essayez d’échanger l’un des deux. Cela annulera la domination qu’exerce votre adversaire contrôlées par ses Fous.

53 – Conservez un oeil, sur les cases contrôlées par le Fou adverse

The Great Bishop Getaway by Per Ove Sleen. Le bon fou

The Great Bishop Getaway by Per Ove Sleen

Si votre adversaire possède deux Fous et vous qu’un seul (le Fou des cases blanches par exemple), l’adversaire a le contrôle sur les cases de son Fou qu’il a en plus. (les cases noires, dans cet exemple).

Cela signifie, que vous devez surveiller attentivement ces cases, parce que l’autre Fou (des cases noires) peut attaquer les pions et les cases que votre Fou ne peut défendre.

54 – Un Fou peut dominer un Cavalier

Grâce à sa portée plus importante, le Fou peut complètement contrôler un Cavalier placé au bord de l’échiquier.

En fin de partie, ce peut-être fatal, le joueur possédant le Fou joue avec une pièce en plus.

55 – Pensez à la défense en premier

Le principe le plus important aux échecs est la sécurité. A chaque coup effectué par votre adversaire, posez-vous les questions suivantes :

Où son coup me menace ?

Quelles sont les intentions de mon adversaire ?

Que ferais-je à la place de mon adversaire ?

56 – Évaluez les changements résultant des coups adverses

Chaque coup peut changer considérablement la position sur l’échiquier. C’est pourquoi, il est recommandé de vous poser les questions suivantes après chaque coup de votre adversaire :

-Qu’est-ce que le nouveau coup attaque et défend ?

– Où sont les défenses et les attaques ayant été retirées ?

– Quelles diagonales, rangées et colonnes ont-elles été obstruées ?

– Quelles diagonales, rangées et colonnes ont-elles été libérées ?

– Quelle pièce ennemie peut occuper la case que la pièce a abandonnée

– Où peuvent aller les pièces maintenant ?

57 – Conservez la première rangée protégée

Soyez certain que votre Roi est en mesure d’échapper à tout échec sur la première rangée (mat du couloir) avant d’en déplacer votre Tour.

58 – Ne laissez pas vos pièces surchargées

Une pièce surchargée est une pièce exerçant plus d’une fonction à la fois. En général, la pièce surchargée est occupée à défendre en même temps, deux pièces, voire plus.

Les pièces surchargées sont sujettes à des tactiques menant à des pertes  matérielles. En effet, lorsqu’elles bougent, elles laissent souvent des pièces non défendues.

59 – Ne recapturez pas des pièces automatiquement

Il est recommandé de considérer les coups intermédiaires possibles avant de reprendre une pièce.

Les coups intermédiaires sont des armes puissantes parce qu’ils surprennent votre adversaire, en plus d’être un composant tactique important.

60 – Evitez d’avancer des pions qui protègent votre Roi

Chaque déplacement de pion crée une faiblesse, qui peut sembler sans importance à première vue, mais qui peut être exploitée, plus tard, par votre adversaire.

61 – Maintenez toujours votre Roi, à l’abri d’un échec

Des échecs inattendus sont souvent la clé de frappes tactiques.

62 – Evitez de placer des pièces lourdes en face de pièces légères

Une pièce de valeur supérieure ne devrait jamais être placée sur le chemin d’une pièce moins agressive, parce que la dernière est annulée.

63 – Si vous manquez d’espace, essayez d’échanger une ou deux pièces

Essayez d’échanger une ou deux pièces afin de libérer de l’espace, quand vous êtes dans une position étriquée.

Réciproquement, lorsque vous avez un avantage spatial, évitez les échanges et utilisez cet avantage afin de changer rapidement l’attaque, d’un côté, à l’autre.

64 – Eliminez la meilleure pièce de votre adversaire

Jeu d'échecs : Scène de crime

Jeu d’échecs : Scène de crime avec sang. Assassinat, la Dame meurt

Si l’une des pièces de votre adversaire est bien positionnée, essayez de l’échanger.

65 – Conservez vos pièces protégées

Chaque pièce non protégée peut être la cible d’une combinaison ennemie.

L’idéal est de conserver toutes les pièces protégées par des pions ou, s’ils ne sont pas disponibles, par d’autres pièces.

66 – Conservez vos pièces sur des cases différentes de celles du Fou ennemi.

Si votre adversaire ne possède qu’un Fou, essayez de placer toutes vos pièces sur des cases de couleur que le Fou ennemi ne peut contrôler.

67 – Essayez d’annuler tous les clouages dont vos pièces sont sujettes.

Une pièce clouée est immobilisée et reste vulnérable à de nouvelles attaques.

Il est très difficile d’éviter une perte de matériel, lorsque l’adversaire attaque cette pièce avec un pion.

68 – Ne facilitez jamais la tâche à votre adversaire

Ne désespérez pas lorsque vous êtes attaqué. Même dans une position nettement inférieure, il y a toujours une chance de survie.

Le principe de base consiste à compliquer les choses pour votre adversaire, en plaçant beaucoup d’obstacles sur sa route, utilisant le plus possible vos défenses restantes afin de forer l’adversaire à commettre une erreur.

69 – Si votre adversaire attaque d’un côté, contre-attaquez au centre.

Souvent, la meilleure réponse à une attaque de flanc, consiste à contre-attaquer au centre, même si cela vous coûte un pion.

70 – Essayez d’anticiper les menaces ennemies

Souvent, une menace directe peut être facilement défendue. Mais une menace préméditée longtemps à l’avance est seulement défendable si vous l’avez anticipée plusieurs coups auparavant.

Autrement, lorsque la menace devient imminente, elle risque de venir avec une autre menace directe qui nécessite également une attention immédiate.

71 – Echangez le Fou du fianchetto adverse

Cela revient à affaiblir un groupe de cases proches du  Roi. Ce qui peut également ouvrir des lignes pour une attaque.

72 – Améliorez la position de vos pièces

Essayez, constamment, d’améliorer la position de vos pièces, afin qu’elles puissent contrôlent davantage de cases importantes. Cela leur permet également de coopérer avec des pièces amies et d’exercer plus de pression sur le territoire ennemi.

73 – Limitez le mouvement des pièces ennemies

Essayez, lorsque c’est possible, de maintenir les pièces ennemies, aussi loin que possible du champ de bataille.

74 – Confinez une pièce ennemie

En conservant une pièce ennemie hors du jeu pendant un moment, devrait être suffisant pour gagner un avantage décisif.

75 – Créez toujours une menace

Votre adversaire est forcé à mobiliser des ressources afin de contenir la menace que vous avez créée. Le plan ennemi est donc momentanément en suspens.

76 – Créez de nouvelles faiblesses dans le champ de bataille ennemi

Ne soyez jamais satisfaits en attaquant des faiblesses existantes dans la position ennemie. Essayez d’en créer de nouvelles.

Souvent, le premier pas menant vers une attaque contre le Roi est d’affaiblir un pion.

77 – Concentre vos forces sur les points faibles adverses

Lorsque vous exercez une pression sur un certain point, votre adversaire est contraint de ramener ses pièces afin de protéger ce point. Ainsi, l’adversaire laisse des zones de l’échiquier non protégées et sujettes à de nouvelles attaques.

78 – Cumulez des avantages avant d’attaquer

Avant de lancer une attaque, vous devez créer des faiblesses dans la position adverse et placer le plus possible de pièces dans des positions agressives.

Une attaque prématurée offre à l’adversaire, des chances de réorganiser ses défenses.

79 – Concentrez le plus possible vos forces lorsque vous attaquez

Afin de vous assurer de la bonne marche d’une attaque, il est essentiel de concentrer vos forces sur une cible. Ceci limite les chances de défense adverse.

Si l’attaque faiblit, les faiblesses adverses sont susceptibles d’augmenter.

80 – Ouvrez les rangées, les colonnes et les diagonales

Il est important d’ouvrir les rangées avec des déplacements de pions ou des sacrifices de pièces. Parce que c’est à travers ces rangées que les pièces attaquantes peuvent pénétrer les lignes ennemies.

81 – Eliminez les pièces clés de la défense ennemie

Lorsque vous attaquez, identifiez les pièces adverses défensives les plus importantes et essayez de les éliminer.

82 – Evitez les échanges lorsque vous attaquez

Peine échiquéenne. Le Roi porte sa Dame. La reine est morte

Peine échiquéenne

A moins qu’il n’y ait une très bonne raison, il est recommandé d’éviter d’échanger des pièces pendant que vous attaquez. En effet, les échanges rendent la défense adverse plus facile.

Les échanges de Dames, surtout, affaiblissent considérablement l’attaque.

83 – Planifiez d’hypothétiques échanges

The Next Move by Osman Andrei. Joueur d'échecs qui réfléchit

The Next Move by Osman Andrei

Echangez mentalement des pièces sur l’échiquier et évaluez la situation. Demandez-vous si la nouvelle position est pire ou si elle est meilleure que celle précédente.

Il est très utile de pouvoir évaluer si un échange est bon ou mauvais.

84 – Rapidement, bougez votre attaque, d’un côté, à l’autre

Souvent, il est nécessaire de créer au moins deux faiblesses dans la position ennemie afin de gagner la partie.

Ainsi, une attaque alternée sur ces points faibles est une arme très puissante, surtout quand votre adversaire est en manque d’espace, puisque les pièces ennemies seront surchargées en défendant plusieurs positons en même temps.

85 – A chaque fois que vous avez un avantage matériel, simplifiez

Les avantages matériels deviennent de plus en plus intenses quand le nombre de pièces sur l’échiquier diminue.

La différence d’une unité dans un combat de 2 Vs 1, voire de 1 Vs 0 est beaucoup plus significatif que dans un combat de 10 contre 9.

86 – Après une attaque, réorganisez vos pièces

Souvent, après une attaque, les pièces perdent leur harmonie.

C’est pourquoi, avant de commencer une nouvelle incursion contre votre adversaire, vous devez réorganiser vos forces et protéger vos points faibles le plus rapidement possible.

87 – Quand un joueur possède un pion en plus, il est recommandé d’échanger des pièces à la place des pions

Le principe est simple, Moins vous avez de pièces et moins la position est compliquée et plus il vous sera facile d’exploiter un avantage matériel.

88 – Centralisez votre Roi le plus vite possible en final

Après l’échange de la plupart des pièces et surtout des Dames, le Roi devient une pièce maîtresse sur l’échiquier et gagne en agressivité.

Aussi, étant donnée que le Roi est doté d’une mobilité réduite, il est recommandé de le centraliser le plus tôt possible afin qu’il bouge rapidement vers une position exigeant sa présence.

89 – Le Roi doit être activé en finale

Dans la plupart des finales, le Roi doit moins s’inquiéter à propos des mats et doit assurer une position plus active. Bien souvent cela consiste à poursuivre et bloquer les pions ennemis.

90 – Conduisez votre adversaire en Zugzwang

Le Zugzwang est une position dans laquelle chaque mouvement qu’exécute un joueur en situation de zugzwang rend la position pire qu’elle ne l’était avant.

Cette ressource est particulièrement important dans les finales Fou contre Cavalier.

Etant donnée que le Fou contrôle à peu de choses près les mêmes cases lorsqu’il se déplace sur une diagonale, il possède un avantage de temps par rapport au Cavalier qui perd le contrôle de ses cases à chaque déplacement.

91 – Beaucoup de victoires sont basées sur le principe de l’opposition

Les Rois sont en opposition, lorsqu’ils sont placés sur une même colonne, rangée, ou diagonale avec seulement une cases libre qui les sépare.

L’opposition est une espèce de zugzwang dans laquelle le déplacement du Roi ouvre la route à l’autre.

Gagner l’opposition signifie qu’un joueur bouge son Roi afin de mettre l’autre Roi en zugzwang, forçant ce dernier à faire le prochain coup.

92 – Les finales opposant des Fous de couleurs opposées sont en général nulles

Les Fous de couleurs opposées doivent représenter un avantage pour la couleur active en milieu de partie. Car le Fou qui défendra ne sera pas capable de neutraliser la pression sur une diagonale donnée.

Toutefois, dans les finales, un Fou ne peut attaquer le point défendu par l’autre.

93 – Les pions de l’aile sont très forts contre les Cavaliers

Souvent, un Cavalier a du mal à combattre un pion passé  cause de sa mobilité réduite.

Quand ces pions sont des pions Tour, cela devient encore plus difficile, parce que les Cavaliers ont des mouvements plus réduits sur les côtés.

94 – Conservez vos Tours actives en finales

Une Tour active est plus forte qu’une passive.

Dans les finales, cela peut parfois être suffisant pour gagner la partie.

95 – Placez toujours une Tour derrière un pion passé

Les Tours deviennent plus actives derrière des pions passés. C’est le cas aussi bien pour défendre leurs pions amis, que pour attaquer les pions ennemis.

96 – La couleur ayant perdu la qualité doit éviter d’échanger la deuxième Tour

Souvent, quand un joueur perd la qualité, la faon la plus simple de gagner la partie est d’échanger la seconde Tour adverse.

Car en général, une pièce mineure isolée a peu de chance contre une Tour

97 – Créez un pion passé si vous avez la majorité

Afin de créer un pion passé à partir d’un majorité de pions, avancez d’abord le pion qui n’a pas de pion ennemi sur la même colonne.

Quand un adversaire réussit à placer un pion directement devant votre pion le plus avancé, l’avantage de votre majorité tend à disparaitre.
En effet, les pions latéraux n’ont plus de support pour avancer.

98 – Centralisez la Dame dans les finales

Queens Castle by Robert Charles

Queens Castle by Robert Charles. Jambes de femmes en talons aiguilles

Bien que les Dames ne doivent pas être exposées pendant la première partie du jeu, après quelques échanges, elles doivent être centralisées dès que possible.

Sur une case centrale, la Dame atteint une mobilité maximum ( presque la moitié de l’échiquier) et empêche la Dame ennemie d’occuper d’importantes positions.

99 – Attendez-vous toujours à ce que votre adversaire joue le meilleur coup

Ne jouez jamais un coup en vous imaginant que votre adversaire ne trouvera pas la meilleure réponse.

Essayez toujours de jouer des coups qui améliorent graduellement votre position, même si votre adversaire trouve la meilleure réponse.

100 – Toute faiblesse n’est pas nécessairement mauvaise

Les faiblesses sont importantes, seulement si votre adversaire est en mesure de les exploiter.

Un pion est toujours faible s’il peut être capturé.
Une case est faible, si elle peut être occupée.

101 – Toute règle est faite pour être cassée

Les échecs ne sont pas une science exacte et tous les tuyaux et conseils présentés ici ne sont pas applicables à toutes les situations. Aucun ne doit être suivi aveuglément.

L’une des plus grandes différences entre un Maître et un joueur de plus faible niveau, est que le premier sait quand violer la règle.

En général, il vous est recommandé d’éviter d’avancer des pions qui protègent votre Roi, sauf si vous avez une bonne raison de le faire.