Echecs : Livres incontournables

livres-echecs-incontournables

Le Champion du monde d’échecs 2013 : Magnus Carlsen face à son ami français, Laurent Fressinet. On remarque un ouvrage posé sur la table, il s’agit du « Fundamental Chess Endings » de Karsten Muller. La vidéo de Carlsen Vs Fressinet « Too weak, too slow ».

Voici les livres indispensables pour progresser aux échecs. Il ne sera pas question d’ouvertures, puisqu’elles diffèrent selon les goûts et les styles. Je n’ai pas non plus voulu dresser une liste trop exhaustive et me suis contenté de seulement quatre bouquins, mais pas des moindres ! Il s’agit, en toute modestie de mes quatre ouvrages échiquéens de chevet. Bonne lecture !

Livres de finales

(ang) Karsten Muller, Fundamental Chess Endings, éditions Gambit, 2009
Un ouvrage moderne, corrigé par l’ordinateur. Il s’agit du livre utilisé par Carlsen lorsqu’il s’entraîne, on le voit traîner sur sa table lors d’interview et dans les vidéos Youtube (spéciale dédicace à notre Fressinet national, malheureusement « trop faible et trop lent » face à Carlsen, pour citer ce dernier).

(Fr) Bernd Rosen, Entraînement aux finales, éditions Olibris, 2000
Abordable et synthétique, cet ouvrage résume l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur les finales. B Rosen est un entraineur allemand d’une équipe de jeunes. De nombreux conseils pédagogiques jalonnent ce manuel destiné, entre autre, aux entraîneurs et animateurs. Idéal pour s’initier aux finales. A conseiller pour les moins de 2100 elo.

(ang) Mark Dvoretsky, Dvoretsky’s Endgame Manual, 2003
Si vous maîtrisez l’anglais, cet ouvrage est une référence. Dans cette deuxième édition, Dvoretsky a coloré en bleu les diagrammes qu’il considère comme les plus importants, il y en a une centaine.

Livres tactiques

Maxim Blokh, Combinative Motifs, éditions Hannaco Enterprises, 2006
Le créateur du légendaire logiciel, Chess Tactics Art nous offre la version livre de son logiciel. Les problèmes ne sont pas commentés et utilisent la notation internationale.