Turbo Dambase

Turbo Dambase
J’ai basculé sur l’interface en anglais. Les traductions françaises ayant été réalisées avec Google traduction.

Ami Pousseur de bois… j’ai craqué. A défaut d’avoir cracké.
Je me suis procuré le logiciel Turbo Dambase (Tdam pour les intimes) pour la modique somme de… 100 euros. Ça pique un peu. Surtout que je suis joueur d’échecs et que ma connaissance en Dames est (à l’heure où j’écris ces lignes, c’est à dire 22h40) très limitée. Aussi, j’ai cherché des informations avant mon achat concernant Tdam (histoire de voir où je mettais les pieds), mais il n’y a rien. Le désert total ! Avec cet article, je comble donc un vide abyssal (if not existantial).

Sommaire :
I   - Pourquoi Turbo Dambase plutôt qu'un autre ?
II  - Télécharger Turbo Dambase et enregistrer le programme
III - Défauts du logiciel
IV  - Avantages du logiciel
V   - Mini FAQ
VI  - Conclusion

I – Pourquoi Turbo Dambase plutôt qu’un autre ?

Pourquoi avoir succombé à la tentation ?
En tant que joueur d’échecs, je me suis toujours appliqué à analyser chacune de mes parties pour les ranger dans des databases. Pareillement, j’ai des databases pour chacune de mes ouvertures, milieu de parties, réflexions. Bref, je suis un fou furieux de la database.
Lorsque je me suis penché sur les Dames, j’ai cherché des logiciels qui répondraient à mes attentes.
Dragon Draughts 4.5.0 de Michel Grimmminck correspondait en partie. Toutefois, la version gratuite du logiciel ne permet pas d’enregistrer les sous-variantes de lignes dans une annotation. Quant à la version payante, elle doit être renouvelée tous les 3 ans. Je n’adhère pas à cette forme d’abonnement.

Une autre application que j’affectionne énormément est Lidraughts qui permet de classer ses parties par chapitres dans une rubrique appelée “Study”. Le site est exceptionnel et open source. J’avais cependant peur de consacrer trop de temps à des analyses sans les posséder sur un support physique. Aussi, il manquait la base de données de parties (la megadatabase à proprement parler).

En tant qu’utilisateur de Chessbase aux échecs depuis mes débuts dans la discipline (donc depuis une quinzaine d’années), mon choix s’est porté sur Turbo Dambase. Turbo Dambase s’inspire fortement de Chessbase. Aussi, TDbase propose une Megadatabase permettant de lister des parties de maîtres pour une position donnée. C’est un outil essentiel pour mieux comprendre une position.

Ainsi, dans cet article, je vous expliquerai la procédure d’achat du logiciel. Procédure qui n’est pas expliquée sur le site de l’éditeur. Je vous présenterai également les fonctionnalités du logiciel, ses défauts et avantages (pseudo tutoriel de l’interface et du moteur d’analyse)..

II – Télécharger Turbo Dambase et enregistrer le programme

Soyons clair, je n’ai aucun intérêt financier à vous inciter à acheter ce produit. L’explication qui suit est destinée à vous éclairer car les explications sont sibyllines (pour ne pas dire inexistantes).
L’achat se fait sur la page du site https://www.tdambase.com/tdamhome.php.

  1. Il vous faut d’abord créer un compte, vous enregistrer.
  2. Puis cliquer sur l’onglet Subscription, puis le bouton “Buy” (qui vous permettra d’acheter le programme).
  3. Une page de paiement s’affiche. Vous recevez un mail qui vous confirme que vous avez été débité, puis… plus rien. Pas de confirmation d’achat ni de procédure à suivre concernant la récupération du logiciel.
  4. J’ai donc envoyé un mail à Klaas Bor. Klaas est néerlandais et a conçu Tdam Base. J’ai rédigé un mail en anglais lui demandant la procédure à suivre. Klaas s’est montré très réactif et a répondu dans les minutes qui ont suivi.
  5. Il m’a envoyé un lien Google Drive avec un fichier .exe. (TurboDambase_5009_full_setup) de 1.85 go. Ce fichier comprend le logiciel, les megatatabase 2020, ouvertures, tables de finales, compositions, bref, tout ce dont a besoin un Pousseur de Bois ne connaissant rien au Dames !.Klass me demande de lui écrire après l’installation du logiciel afin qu’il m’envoie les instructions ultérieures.
  6. Je lance le téléchargement puis l’installation.
  7. Un popup en néerlandais s’affiche, je l’annule (en ayant pris soin de demander à Klass avant).
  8. Pour faire simple :
    • Ignorer le pop up
    • Instellen > Opties > Taal > Programma taal > Franaçs > Ok
    • Cliquer sur “Account/Sign” et enregistrez-vous avec vos identifiants du site. Vous recevez un message comme quoi l’identification a réussi.

Voilà concernant l’installation du logiciel. Maintenant, passons au cœur du sujet : Le logiciel. Certains éléments fâcheux vous sauteront aux yeux dès les premières minutes d’utilisation. Surtout si l’utilisateur vient de l’univers Chessbase..


III – Défauts du logiciel

Le logiciel s’impose comme la référence, car il ne possède quasiment aucun concurrent. Mais Turbo Dambase regorge de défauts plus ou moins graves.

Annotations visuelles inexistantes : L’interface ne propose aucune possibilité d’annotation visuelle. En d’autres termes, il est pour l’instant impossible d’ajouter des flèches colorées et de surligner les cases clés du plateau.
Il s’agit là à mon sens d’une énorme lacune pour un logiciel de base de donnée vendu en 2020. En effet, l’intérêt n’est pas seulement de consulter des parties, mais également de pouvoir “créer des fiches” pour étudier des parties, voire simplement avoir la possibilité d’exposer des concepts et d’analyser ses parties avec autrui (je pense aux Clubs de Dames notamment ou aux youtubers Damistes). Des flèches sont plus visuelles que de simples coordonnées verbalisées.

Ctrl+Z : Absence totale d’annulation. Si vous n’avez pas sauvegardé votre partie et qu’après une fausse manipulation, l’analyse disparaît, c’est perdu ! Incroyable.

Ctrl+V : Ensuite, impossibilité de coller du presse-papier une position pdn ou FEN sur le damier pour rentrer automatiquement la partie ou la position. C’est une grosse lacune.
Pour importer un pdn il vous faudra : Créer une nouvelle base de données. Exemple “Mes_parties”. Ouvrir “Mes_Parties”, cliquer sur “Base de donnée” puis “importer”. Et sélectionner le fichier pdn que vous aurez préalablement enregistré sur votre pc. Cette procédure est fastidieuse et longue.

L’autosart de Flits : Un autre problème déstabilisant est le lancement automatique de l’engine Flits (by the way, Flitz me fait penser à Fritz. Coïncidence ?) au démarrage de l’application. D’une part, lorsque je lance un logiciel de database, je n’ai pas nécessairement envie d’analyser une position. D’autre part, l’engine utilise de la ressource pour rien. Pour finir, les lignes qui défilent à l’écran agacent et attirent l’attention.
Il faut donc faire un clic droit et fermer. Attention, l’option “lock” ne met pas en pause l’engine. Cette option freeze simplement l’affichage de la ligne, mais le moteur continue à analyser.
Empêcher le démarrage de Flits : Fermez Flits et enregistrer le Layout. “Window” > “Save Layout…”
Traduit avec Google translate : Précision importante, la traduction française est exécrable. Par exemple, pour mettre en pause l’engine, il faut cliquer sur… “enfermer”. Ils auraient dû traduire par “pause” ou simplement “verrouiller”.
Pareil pour l’affichage de la menace. Cette dernière est traduite par “traiter” au lieu de “menace”. Je laisse donc en anglais (Threat).

Analyse : Une analyse automatique de la totalité de la positon est impossible à lancer tant que votre partie n’est pas enregistrée dans une database. Agaçant. Aussi, votre analyse ne démarrera jamais si votre engine était sur “Lock” avant l’analyse.

Rechercher les parties d’une position donnée : Chaque partie de Turbo Dambase est liée à une Database. Vous devrez donc, pour ouvrir une partie, commencer par ouvrir la Database en question. Si vous sauvegardez la partie, elle est sauvegardée automatiquement dans la Database actuelle. Il vous est heureusement possible de choisir l’adresse de destination d’une autre database en pressant F3. Mais le problème n’est pas là. Admettons que vous ayez ouvert votre database, “Mes parties”. Si vous souhaitez rechercher une position donnée de votre partie, le logiciel cherchera non pas dans la Megadatabase, mais… dans votre minable base ‘Mes_parties” qui ne comportera aucune partie de référence ou de Grand maître. Ainsi vous devez ouvrir la Megadatabase, mais cela fermera la partie actuelle (et donc vous perdrez votre position). Il est nécessaire donc, d’enregistrer la partie dans la Megadatabase pour l’analyser. Je trouve cela fort dommage, contre-productif et pas du tout optimisé.
Ouverture multiple : Particularité de ce logiciel, il peut être ouvert plusieurs fois en même temps. Cela vous permet donc de palier le problème cité plus haut (mais ce n’est pas optimisé). Ouvrez deux Turbo Dambase. Ouvrez-en un avec une megadatabase et l’autre avec votre database “mes_parties”. Vous pourrez rentrer une position sur la fenêtre correspondante à la megadatabase en la copiant manuellement de la fenêtre “mes_^parties”. Mais c’est très long. Il serait vraiment plus pratique de pouvoir associer une Megadatabase à la fonction recherche.

Drag n’ Drop : Et ce n’est pas le seul élément non optimisé. Il n’y a pas de drag and drop pour glisser une partie d’une Database à une autre. Pire, il est impossible d’ouvrir deux fenêtres de Database simultanément.

Null Move : Impossibilité également d’insérer un “null move” afin de passer; c’est à dire donner le trait à l’adversaire pour voir la menace immédiate. Il y a bien une fonctionnalité “Threat”, mais elle ne sera pas renseignée sur la feuille de notation, vous devrez rentrer les coups manuellement. Notons que la fonctionnalité Threat peut être utilisée avec un petit damier de variations qui vous permet de faire défiler les coups.

Make a move : Pendant l’analyse infinie, il est impossible de forcer la machine à rentrer le coup qu’elle juge le meilleur. Sur chessbase, il suffit d’appuyer sur la touche Espace. Sur Tdam le plus simple est de taper les 4 chiffres des coordonnées qui vous intéressent.

Retourner l’échiquier : Ctrl+F. Cela peut vous sauver plusieurs minutes. L’option n’est indiquée que dans l’onglet “Option”. Instinctivement on a tendance à chercher via des clics droit.

Promote Variation : Impossible de faire passer une sous-variante en variante principale. Vous devrez tout réécrier.

Opening Name : Absence de noms d’ouvertures lorsque l’on rentre les premiers coups d’une partie.

Editeur de position : L’ajout de pièces sur l’éditeur de position est également contre-intuitif. En effet, sur beaucoup de logiciels (de Dames ou d’échecs), l’ajout d’une pièce blanche est attribué au clic gauche et celle d’une noire au clic droit. Ici, il vous faudra cliquer une fois avec le bouton droit pour activer le placement des pièces noires, puis cliquer gauche pour les poser. Il vous faudra recliquer droit pour basculer sur blanc afin de cliquer gauche pour poser des pions blancs. MAIS ! Klaas a ajouté une fonction intéressante qui justifie à elle seule cette méthode de cliquage. Il est possible d’égrainer les pièces en maintenant le clic souris enfoncé ! Gain de temps significatif donc.

J’ai donc contacté Klaas afin de lui exprimer mon chagrin relatif aux fonctionnalités manquantes.
Très réactif et aimable “as usual”, il m’a dit qu’il était ravi de mon retour et que mes demandes étaient judicieuses. Il m’a remercié et affirmé qu’il intégrerait certaines des fonctionnalités lors d’une prochaine mise à jour. Il a rajouté qu’il m’était plus facile d’identifier les lacunes de Tdambase étant utilisateur de Chessbase. En effet, Tdambase est un mélange entre un logiciel des années 90 et un logiciel ultra moderne style Chessbase (chose que je n’ai pas manqué de lui dire, avec toute la délicatesse dont peut témoigner un pousseur de bois).
Soit dit en passant, Klass utilise également la version 2015 de Chessbase. J’en conclus qu’il est joueur d’échecs. Un bon point pour lui et son logiciel.
Logiciel qui devrait donc prendre un coup de jeune dans les mises à jour qui viennent.(Merci qui ?).


IV – Avantages du logiciel

Maintenant, intéressons-nous aux avantages du logiciel, car il en dispose !

Une interface sobre, mais efficace. Apprécions la ligne de texte qui s’affiche au pied de l’interface et qui est actualisée instantanément après chaque demi-coup :

Ligne de bas de page

Turbo Dambase

La ligne est découpée en 4 parties.

  • Le premier bloc indique respectivement le nombre de pions blancs et noirs. (20×20). Suivi du nombre respectif de Dames blanches et noires (0x0). Suivi de la différence de tempo entre les deux camps (+0).
  • Le deuxième bloc est un champ de texte permettant de rentrer les coups au clavier. Lorsque vous tapez 4 nombres sur le clavier, exemple : 3228, le logiciel remplacera le INT par 3228 et jouera automatiquement le coup (32-28). Ce qui est très pratique lorsque vous rentrez des coups. Notons que pour les nombres à un chiffre, il faut mettre un 0 devant. Exemple 09 pour 9. Le logiciel attend toujours 4 chiffres. Appuyez sur entrée pour vider les nombres.
  • Le troisième bloc indique le nombre de parties dans la database utilisée.
  • Le quatrième bloc indique le nom de la database utilisée (j’ai fait un screen de la notice d’utilisation qui date de 2011).

Flits

Jetons maintenant un coup d’œil à l’interface de l’engine (Fits).

Tdambase

Cette interface rappelle l’analyse infinie de Chessbase.

  • Sur la première ligne, 1er bloc est indiqué le nom de l’engine (Flits). Le 2e bloc indique le numéro du coup qui est en train d’être calculé par la machine. Ici le 2e avec les Noirs.
  • La seconde ligne indique l’évaluation de la position en unité de pièce. 1.00 = 1 pion. Le plus (+) indique que Blanc gagne. Un moins indiquerait que Noir gagne. Un = indique une position nulle. Le 2e bloc indique la profondeur en plis ou demi-coups. Le 3e et dernier bloc indique le temps qu’a consacré Flits sur un coup. Par contre, lorsque vous “lockez” l’engine, cela ne lock pas le timer (j’ai oublié d’en parler à Klaas).

Raccourcis claviers utiles

  • F2 : Sauvegarde la partie dans la base actuelle.
  • F4 : liste les jeux de la base actuelle (Echap pour sortir).
  • Ctrl+F8 : Lance l’éditeur de position.
  • Page up ou down : Passer à la partie précédente ou suivante.
  • Ctrl+F : Tourne le plateau.
  • Ctrl+4 : Ouvre la fenêtre du Livre d’Ouverture. Note : Si l’engine est “locked” le livre l’est aussi.
  • Ctrl+3 : Ouvre seulement les fenêtres du plateau et de la notation.

V – Mini FAQ

Supprimer une partie dans une Database : A l’instar de Chessbase, lorsque vous supprimez une partie, cette dernière est barrée, mais n’est pas supprimée définitivement (c’est une opération dangereuse car irréversible). Pour supprimer définitivement une partie après l’avoir barrée :

  • Database/Games.
  • Maintenance/Compress database.
  • Appuyez sur Ok.

Quelle est la différence entre “Setup Position” (Ctrl+F8) et Change Position ?

A cette question, Klaas m’a répondu qu’il s’agissait d’une mise à jour à la suite d’une demande de la part d’un utilisateur, mais qu’il n’avait pas eu le temps de l’expliquer dans le tutoriel.

  • Setup Position : convient pour une nouvelle partie. Les informations liées ç la partie précédente telles que le nom des joueurs, du tournoi, l’année seront effacées
  • Change Position : efface complètement la position et la liste des coups joués, mais conserve les informations relatives à la partie.

VI – Conclusion

Je ne listerai pas l’intégralité des fonctionnalités du logiciel, mais vous avez accès à une quantité astronomique de parties, à des ouvertures et finales de pièces.

Ainsi, cet aperçu des avantages et désavantages du logiciel Turbo Dambase s’achève. L’interface a un peu vieilli, elle a maintenant 15 ans (sortie en 2004), mais demeure la référence. Toutefois, comme me l’a dit Klass il y a quelques heures : “Jérôme, tu as raison, il est temps pour une nouvelle version”, le logiciel promet donc de devenir encore meilleur grâce aux mises à jour qui arrivent. Mises à jour qui devraient arriver courant hiver 2020/21. Le logiciel est terminé à 95%. Klass termine la version anglaise du fichier “aide” et attaquera ensuite la version néerlandaise. Mise à jour que j’attends avec impatience tout en continuant de transposer les pdf de Tjalling Goedemoed sur Turbo Dambase.

10/04/2020

Laisser un commentaire